UN DRÔLE DE DIMANCHE

 

Le dimanche 23 octobre fut assez particulier au Pérou, c’était le recensement, voici comment ça s’est passé.

La consigne était que la  population devait rester chez elle de 8h à 17h dans l’attente du recenseur.

Marie France et Carlos , toujours indisciplinés   ne souhaitant pas rester enfermé, ont décidé d’emmener Annie, une amie volontaire, visiter MOYOBAMBA, une ville voisine à 2h de bus.

L’interdiction de circuler ne démarrant qu’à 8h, ils se sont précipités vers le marché pour prendre notre petit déjeuner. Et là, première surprise !!! Les grilles étaient baissées, du jamais vu  .!

Ils se replient sur la visite  de TIOYACU, site touristique très fréquenté. Et là, pas « un gato » ! Un gardien, seul être vivant, leur explique, après avoir encaissé les tickets que ien ne fonctionne.

Les compères insoumis réalisent alors que les choses sont vraiment prises au sérieux par la population. Une balade le long de la route principale le leur confirme :

La faim commençant à les

tenailler, ils aperçoivent, par une porte entrouverte, un magnifique panier de mangues. La campesina leur explique qu’elle n’a pas le droit de vendre durant cette journée

et s’inquiète pour des bananes qu’elle avait ramassées dans cette intention. Elle accepte néanmoins de leur vendre ine mangue chacun et,son fils, prend le risque de les conduire en moto-car jusqu’à RIOJA, la ville voisine,  ville tout aussi morte que les autres en cette journée

Ils reprennent leur chemin à pied  et trouvent, bien plus tard,  un p’tit resto qui leur sert quand même  une assiette bienvenue. Ce poulet riz fut un festin

En reprenant la route, ils ont pu voir une recenseuse en plein travail.

Finalement un chauffeur de minibus quelque peu rebelle les a ramenés à MOYOBAMBA et ensuite à TARAPOTO. Retour qui a duré près  de 4 heures.

Cette méthode inédite de recensement est inédite en France. Ça a l’air  radicale mais sans doute efficace , pensez vous que nous pourrions  le tenter  chez nous ?

Retour